Colonies de vacances ICRSP

Recherche Google





Sur le web
Sur le site de l'ICRSP Sur ce site

Nouvelles activités 2017

Vous pouvez télécharger ici le tract qui recense toutes les activités et évènements pour l'année 2017.

Saint François d'Assise

 

La vie de Saint François d’Assise est d’un charme et d’une poésie qui lui ont conquis tous les cœurs. Il s’est fait le plus humble des humbles après avoir entendu la lecture d’une page d’évangile : « Ne prenez ni or, ni argent, ni tunique de rechange ».

Saint François d'Assise ICRSP

Pourtant rien ne prédestinait François à devenir un saint. Fils d’un riche marchand drapier, Pietro Bernadone, il naît à Assise en Italie à la fin du XIIème siècle - le siècle de la construction de Notre-Dame de Paris - et reçoit le nom de Francesco, « le français », en souvenir des voyages outre-monts que son père effectuaient pour vendre ses étoffes. Avide de gloire et de divertissements, il devient un jeune homme mondain et brillant, hésitant entre la carrière militaire et le métier de commerçant.

Mais à 27 ans, en 1209, il entend une voix lui dire avec douceur et bienveillance : “ François ne vois-tu pas que ma maison tombe en ruines ? Va donc et répare-la par amour pour moi.” Frappé de stupeur, François est convaincu qu’il s’agit d’un appel du Christ. A partir de cet instant il quitte tous ses biens et épouse « dame pauvreté » pour aller vivre dans la forêt. Ami de la nature, François célèbre alors la beauté de la lune et du soleil, et chante la gloire de Dieu en parlant aux oiseaux. Un jour il réprimande même un loup affamé qui terrorisait les habitants de la petite ville de Gubbio. Contrit et désolé, l’animal implore son pardon et devient son ami !

Les faits et les gestes extraordinaires de Saint François lui attirent, malgré sa discrétion, une grande renommée ; et bientôt le voilà rejoint par douze compagnons qu’il appelle ses frères mineurs. Ses disciples se multiplient rapidement tant et si bien que le Souverain Pontife Innocent III confirme, sur avertissement du Ciel, cette jeune communauté qui sera le berceau du grand Ordre des Frères Mineurs.

Deux ans avant sa mort, Saint François se retire néanmoins sur le mont Alverne, où il commence un jeûne de quarante jours. C’est là, qu’au milieu d’une incessante prière, il reçoit les stigmates - c’est-à-dire les cinq plaies semblables à celles de la Passion de Jésus - sur ses pieds, ses mains et son côté.

C’est ainsi que le petit pauvre d’Assise est devenu jusqu’en son corps l’image même du Divin Maître.

O mon Dieu, par les mérites de Saint François d’Assise, donnez-nous d’imiter sa simplicité, son respect de la Création, son amour du prochain et sa joie vivre des dons célestes. Ainsi soit-il !

?>